le site du club ogae france association des fans français de l’eurovision

le magazine

cocoricovision #85

Samedi 13 février la seconde demi-finale du Melodifestivalen s’achève. Anton Edwald, qui vient d’obtenir son ticket pour la finale avec « New Religion » (un mélange pas très original de ses titres proposés au « Mélo » en 2013 et 2014), réinterprète sa chanson comme le veut la tradition. Pris par l’émotion, il se met à sangloter, s’arrête… et la bande son continue avec la voix chantée comme si de rien n’était ! Playback ? « Chœurs » me répond Ethan, le plus suédois des eurofans et passionné de suédoiseries Carolaniennes ou Charlottiennes.
 
En effet, depuis de longues années, les chœurs enregistrés sont autorisés au Melodifesti-valen. Et ça se ressent quand le lauréat de la sélection nationale suédoise débarque à l’Eurovision où sa prestation devient vocalement plus fragile. En témoignent les prestations vocales très moyennes (on peut même dire ratées) sur la scène du Concours de Malena Ernman (qui est aussi la maman de Greta Thunberg) en 2009 ou d’Eric Saade en 2011.
 
Au Concours Eurovision, la règle était stricte et véritablement dans l’esprit d’un concours de chansons : pas plus de six personnes sur scène et toutes les voix sont en direct. En 1999 la Croatie avait été sanctionnée pour avoir présenté une prestation avec chœurs enregistrés.
 
Cela faisait des années que les Suédois poussaient pour que ce dernier verrou, qui garantissait au téléspectateur que toutes les voix entendues étaient du vrai live, saute. À la faveur du Covid, ils ont obtenu gain de cause : ben oui, des choristes en moins c’est moins de personnes sur scène, des délégations plus réduites et donc moins de possibilité de transmettre ce fichu virus. Et aussi de faire des économies… Quels braves cœurs ces Suédois !
 
Ce changement du règlement, passé en catimini, tel un amendement louche à l’Assemblée nationale, peu avant le Concours 2020, est maintenue pour cette année par le groupe de référence et l’UER, couchés devant les Suédois emmenés par Christer Björkman, et il y a fort à parier qu’elle est désormais définitive.
 
Certes, nous savons que depuis plusieurs années, des choristes planqués à côté de la scène font parfois le plus gros du travail vocal des prestations. Chacun a en mémoire les vocalises du Grec Sakis Rouvas, dont personne (sauf le téléspectateur) n’ignorait qu’elles étaient en réalité celles d’Alexandros Panayi, installé discrètement derrière la scène. On sait également qu’on retrouve chaque année la même bande de choristes, souvent suédois(e)s, plus très jeunes, qui n’ont pas réussi à percer dans la chanson, affectés dans un grand nombre de délégations des pays nordiques ou des pays de l’Est.
 
Mais, mine de rien, avec ce dernier verrou qui saute c’est tout l’esprit de notre Concours qui change. Il devient définitivement un concours de prestations, reléguant la performance vocale au dernier rang. Il va laisser grandes ouvertes les portes d’entrée du Concours à tous les Milli Vanilli en puissance, à toutes les casseroles qui pullulent dans les sélections nationales, la plupart liposucées ou bodybuildées, et dont le seul talent n’est pas vocal, mais uniquement leur capacité à bien remuer des fesses ou agiter leurs pectoraux et à regarder la caméra avec leur belle gueule passée auparavant par la chirurgie esthétique.
 
C’est définitivement l’esprit des shows américains qui s’impose à l’Eurovision, celui du Superbowl où l’on sait que depuis des années les artistes chantent en playback. Triste pays, où même les reines de la pop conviées à venir chanter l’hymne national à l’intronisation du président le font en playback…
 
Finalement est-ce que ce ne serait pas préférable de carrément proposer un concours de clips ? Quel est l’intérêt d’un spectacle où tout est mis en œuvre pour faire joli et donner l’illusion d’un live ? C’est tout ce qui reste à la télévision en 2021 ? Vendre du toc ?
 
Les derniers Concours Eurovision ont montré que ce que le spectateur veut avant tout c’est de l’authenticité et pas ces machins sans âme où tout est calibré à la seconde près. Pour moi, cette nouvelle règle est une erreur et à terme elle prépare ni plus ni moins à la disparition du Concours Eurovision.
 
Au moins, à la différence de beaucoup d’autres candidats, la France proposera, elle, une interprète vraie et talentueuse, qui sait chanter en live et qui n’a pas besoin d’artifices et de chœurs enregistrés pour nous proposer une prestation forte, authentique et émouvante. Et plus j’écoute les navets proposés par nos concurrents, plus je me dis qu’avec Barbara Pravi pour porter nos couleurs, on a une carte à jouer cette année, et que la doublette Eurovision Junior et Eurovision Senior remportés la même année est désormais jouable.
 

Farouk Vallette

cocoricovision #85

cocoricovision #85

Vous pouvez ici télécharger la version éléctronique.

Le téléchargement de la version intégrale est réservé aux adhérents connectés.

Certaines publications sont néanmoins disponibles pour tous les visiteurs sous forme d'extraits.