le site du club ogae france association des fans français de l’eurovision

1ère Répétitions techniques de la 1ère demi-finale

par Stéphane CHIFFRE
le 07.05.19 à 14:04

1ère Répétitions techniques de la 1ère demi-finale

Bonjour à tous,
Je partage avec vous mes premières impressions des premières répétitions techniques de la 1ère demi-finale qui ont eu lieu samedi et dimanche derniers.

Chypre : Pas de son. Visuel hyper calibré et calé. Tamta est accompagnée de 4 danseurs avec chapeau (pas tous).

Rep. Tchèque : Lake Malawi entre sur scène. Albert en polo jaune, Jeronym le bassiste à droite, polo rouge, et Antonin le batteur à gauche tee-shirt noir. Ils sont tous encadrés par des portiques qui se transforment, de par la réalisation, en des téléphones portables qui bougent comme les images dans leur vidéo clip. Au début du deuxième couplet, Albert se jette à genoux pour parler à la caméra. Et après il nous a montré ses blessures à la cheville lors de la conférence de presse. C’est très frais, on se laisse embarquer!

Finlande : Pas vu grand-chose, si ce n’est que nos 2 acolytes n’occupent pas l’espace qui leur est confié.

Pologne : Les quatre polonaises, toute de costumes et coiffes traditionnels vêtues, demeurent trop statiques en position carré, 2 devant, 2 derrière. Côté vocal, c’est toujours aussi performant. Mais bon c’est plus une prestation pour la radio, parce que là, il vaut mieux fermer les yeux et imaginer autre chose que ce que l’on voit…

Slovénie : Zala murmure au micro, face à Gasper avec sa guitare et devant son clavier. Tout de blanc vêtus, ils restent proches l’un de l’autre sans bouger, en ne cessant de se regarder, enfin elle le regarde et lui s’en fout ostensiblement. Ils sont seuls, perdus au milieu de la galaxie. Ils ont la chance d’être en première demi-finale…

Monténégro : Qu’est-ce qu’on s’emmerde… 6 monténégrins, tous habillés de blanc, avec sur certains des touches de rouge, s’essayent à une chorégraphie, en rond, en triangle, en ligne. Ça casse pas trois pattes à un canard !

Hongrie : Joci est statique tout de noir vêtu orné d’un collier pendentif. Fond noir avec les lignes jaune or, donnant une impression de feu. A la dernière prise, Joci a commencé assis sur un plot puis a marché avant de revenir statique au centre de la scène. Le visuel au sol fait penser à l’arbre de Jamala, bien qu’ici ce soit des lignes jaunes statiques; en image de fond, des visages apparaissent. En final, reprise de la douche de feu façon Azerbaïdjan à Düsseldorf. A ce rythme, je pense que je vais m’endormir…

Biélorussie : Zéna réveille un peu l’ambiance dans le centre de presse. A la première prise, 3 fly cases forment un podium sur la scène, sur la quelle Zéna est entourée de 2 danseurs. Au milieu de la chanson, les 2 danseurs cèdent la place un petit moment aux 2 choristes-danseuses. Zéna portait un haut et un legging en imprimé, dévoilant son nombril, et des jambières blanches. Il ne s’agit que d’une tenue de répétition a-t-elle tenu à préciser au Meet & Greet. Au final de la chanson, les 2 danseurs exécutent un salto avant.

Serbe : Toute ressemblance avec une eurofan française est tout à fait fortuite… Une très belle prestation, toute en élégance. Nevena est vêtue d’une belle robe noire, dont l’échancrure laisse paraitre sa jambe droite. Contrairement au commentaire d’Olivier Mine en 1995 sur Anabel Conde, ici, la fente n’est pas placée là où il faut…

Belgique : Eliot est sur scène accompagné de 2 percussionnistes qui battent un tambour aérien (façon Irlande 2013) à droite, et 2 tambours aériens coté gauche. Les 2 danseurs portent un tee-shirt avec 2 mains dont l’index et le majeur forment un V (Cf le tee-shirt d’Eliot sur la photo), et Eliot porte un bomber souligné de lignes oranges. On s’attendait à un effet spécial à la fin, mais finalement non. Entrée en matière en douceur, qui espérons le finira crescendo comme cela avait été le cas pour Blanche, de sa première répétition à la finale.

Géorgie : les éléments sont déchainés au fond. Au milieu, il y a Oto tout de noir vêtu qui murmure puis hurle, puis surgit des flammes de l’enfer ses 5 acolytes choristes qui se mettent aussi à hurler, le tout s’achève sur une poignée de mains en fond d’écran. Applaudissements dans le centre de presse. La chanson est peut être barbante, mais la Géorgie a su la défendre.

Australie : Kate et ses 2 danseuses sont perchées sur leur mat flexible. Là, pas de surprise.  Lorsque la chanson démarre, la chanteuse parait flotter dans les airs au-dessus de la planète Terre. Puis tout se met en branle, la chanteuse part dans ses rotations dans les airs sur fond de hihihihihi hahahahaha. Les caméras de la Kan n’ont pas encore bien compris la trajectoire de cette comète qui voyage à présent dans l’espace. Pas de robe façon Estonie 2018 ou Moldavie 2013, mais un longue robe blanche à frou frou. La dernière minute de la réalisation reste encore à améliorer. La prestation reste en mémoire, même si je ne suis pas convaincu par cette chanson. De gros applaudissements dans le centre de presse. 

Islande : Entre les conférences de presse et le suivi des répétitions dans la salle de presse, j’en ai raté la répétition des islandais. Une erreur impardonnable du débutant. Non mais allo quoi ?!? Je n’étais venu aujourd’hui que pour voir Hatari. J’ai en revanche assisté à la conférence de presse. Et ça valait le coup ! Les deux chanteurs ont refusé de s’assoir, les 3 danseurs assis derrière tiraient la gueule, et la présentatrice était perdue, incapable de gérer la situation. Cela m’a rappelé les conférences de presse de Silvia Night à Athènes, où de nombreuses personnes n’avaient pas compris le second degré poussé à l’extrême… Le chanteur à renouvelé son défi au premier ministre israélien. Il a aussi parlé du BDSM, le M étant pour « media ». Et du combat anti-capitaliste, qu’il pourrait financer par un concert payant, le combat n’étant pas dénué de contradictions internes… Enfin bon c’est difficile de raconter, il fallait la vivre cette conférence de presse !

Estonie : un chanteur blouson noir, sa guitare et un micro pied, puis on lui prend sa guitare et ça commence à bouger. Victor a souvent des poses façon melodifestivalen « public dans le dos ». Sur la deuxième partie de la chanson, on a un vidéo-clip d’un chanteur cobaye, puis ça retombe sur Victor avec sa guitare sur la fin. Le « vrai » vidéo clip avec Victor est d’ailleurs enregistré immédiatement sur fond vert, comme pour la météo. On verra le résultat à la deuxième répétition.

Portugal : Nous avons un elfe barbu sur scène (tenue verte, d’un effet on ne peut plus élégant…) et son danseur en pantalon vert à franges. Je pars prendre un café !

Grèce : Encore raté !

Saint Marin : Les 3 choristes féminines en tailleur blanc et les 2 danseurs masculins en bermudas blancs, baskets blanches et chaussettes blanches hautes datant de la même époque que l’année d’écriture de la chanson, sont initialement positionnés ensembles devant le podium blanc depuis lequel Serhat chante la chanson tout au long des 3 minutes. L’expression « tout au long » souligne-t-elle assez bien que 3 minutes, c’est long pour une série d’onomatopées ? Les choristes rejoignent ensuite le pont à droite, et les danseurs s’éclipsent pour mieux revenir pendant les refrains. Bon, mes chéris, la chorégraphie, c’est pas encore au point

Voilà pour ces répétitions de la première demi-finale.

A bientôt

SC