le site du club ogae france association des fans français de l’eurovision

le magazine

cocoricovision #78

Quand l’inspiration ne vient pas, c’est toujours compliqué d’aborder son édito. Pour ce numéro 78, il a trainé jusqu’à la veille de l’envoi chez l’imprimeur. C’est probablement parce que le Concours Eurovision 2018 me laisse perplexe.

Les eurofans, et les bookmakers, se sont entichés de « Toy », le titre proposé par Israël, une chanson assez plaisante, dansante, avec un gimmick poulailler qui fera encore plus caqueter que d’habitude le petit monde de l’Eurovision. C’est sans doute le bon moment, après deux chansons lentes, de couronner un titre qui bouge un peu. A défaut, l’Australie pourrait faire l’affaire, mais les téléspectateurs européens n’arrivent toujours pas à s’habituer à sa présence au Concours. La Suède pourrait aussi convenir, mais retourner en Suède pour une troisième fois en six ans ne m’enchante pas vraiment.

Mon sentiment est que cette année nous allons vivre un Concours Eurovision très ouvert et que cette édition 2018 ne compte aucun favori mais un paquet d’outsiders. Et la bonne nouvelle, c’est que parmi ces outsiders on trouve la France, car « Mercy », le titre proposé par Madame Monsieur, plaît. Certes, il ne caracole pas en tête des bookmakers, mais il progresse doucement et se retrouve à une position idéale : aux portes du Top Five, là où se trouvaient Conchita Wurst, Jamala et Salvador Sobral à trois semaines de la finale du Concours.

Avec Madame Monsieur, nous avons un duo qui a la tête sur les épaules et qui sait très bien ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas. Un groupe curieux et ouvert, qui porte sur le monde un regard bienveillant. Un groupe de son temps, dont l’univers musical navigue entre électro et hip-hop, c’est-à-dire tout ce qui fait la pop actuelle. Mais il y a ajouté une petite touche très française et c’est sans doute ce qui plait à nos voisins européens. La manière dont Émilie et Jean-Karl fonctionnent et qu’ils nous ont expliquée, me parle. J’ai abordé leur univers dans « Tandem » avec curiosité. J’ai maintenant envie de découvrir « Vu d’ici » avec impatience. Ils sont sincères et authentiques. Je pense qu’ils peuvent gagner.

Tout le travail accompli depuis trois ans par France Télévisions et l’ensemble des personnes qui s’investissent dans le projet Eurovision porte doucement ses fruits. La qualité de Destination Eurovision, première sélection française depuis longtemps, a été unanimement saluée. Avec Amir, la France a retrouvé le goût de l’Eurovision. Avec Alma, elle y a maintenu ses positions. Avec Madame Monsieur, elle peut encore progresser.

Mais le chemin qui mène à une éventuelle sixième victoire française est semé d’embûches. Car, comme je l’ai dit, il y a un paquet d’outsiders. À commencer par la Bulgarie, qui est, elle aussi, sur une bonne dynamique depuis trois ans. Les prestations d’avant Concours d’Equinox m’ont convaincu. Mais je pourrais citer également le Tchèque Mikolas Josef, dont l’énergie est un atout, la Belge Senek pour la qualité de sa chanson, ou le Norvégien Alexander Rybak, dont la prestation, comme celle du Suédois Benjamin Ingrosso, me semble aboutie et terriblement efficace. J’ajoute aussi dans ma liste le Néerlandais Waylon, dont la prestation à Amsterdam m’a bluffé, et l’Italie dont la thématique grave de la chanson peut fédérer dans une Europe encore traumatisée par les attentats de Barcelone, Paris ou Manchester.

Je note aussi que la première demi-finale concentre toutes les attentions et que son niveau très relevé laisse augurer de grosses désillusions le 8 mai au soir.

L’eurofan qui sommeille en moi s’est donc pris au jeu des pronostics. Chassez le naturel, il revient au galop. C’est ce qui fait le charme de l’Eurovision. Tous ces moments incertains où l’on se projette et où l’on essaie de prédire comment ça va se passer, sachant que rien ne se déroule jamais comme prévu.

 

Farouk Vallette

cocoricovision #78

cocoricovision #78

Vous pouvez ici télécharger la version éléctronique.

Le téléchargement de la version intégrale est réservé aux adhérents connectés.

Certaines publications sont néanmoins disponibles pour tous les visiteurs sous forme d'extraits.